Te Deum de Charpentier

Publié le par Roland

Voila, c'est fait !

Après une appréhension grimpante les jours précédents les représentations, finalement, le jour J, on ne pense plus qu'on est que cinq péquins devant un orchestre et un choeur qui font 80 personnes (surtout qu'il y a des instrumentistes avec des rôles aussi importants que les solistes. C'est bien, ça dilue les responsabilités et le stress) !Dans ces moments là, on tâche juste de ne pas se louper ^^

Le Te Deum était un des éléments d'un concert concluant un stage inter-écoles de musique du Parisis Nord. Les choeurs venaient de Taverny et les membres de l'orchestre de plusieurs villes alentour. Au programme également, la "Petite Suite" de Debussy, très belle, et un atelier impro tirant sur le Jazzy.

Que dire de ce projet ? Bien sûr, il aurait fallu plus de répétitions, notamment avec tout le monde et dans les lieux des concerts. Bien sûr, il aurait fallu du temps pour que les tempi soient bien dans toutes les têtes etc ... mais en si peu de temps, je considère qu'il y a eu de belles choses !! Le choeur, ou plutôt "les choeurs" puisqu'il y en avait deux  réunis, ont fait un super boulot ! Ils ont monté ça depuis fin semptembre, chacun avec leur chef, et le nombre de fois qu'ils ont répété avec l'orchestre et le chef du concert se compte sur les doigts d'une main. Les solistes ayant des origines professionnelles et géographiques éparses, ce n'était pas évident de nous réunir tous. La partition qui arrive le jour du premier concert ... Bref, des conditions discutables, des malheureux concours de circonstances etc ...

http://editions.cmbv.fr/upload/160507_115640_PEEL_BCYCxJ.gifLa partition arrivée le Jour J


Je tire mon chapeau à tous les acteurs du projet pour avoir réussi à le rendre vivant et audible en si peu de temps ! Bravo notamment à mes collègues solistes Renée, Cécile, Olivier et Julien ^^ Etre soliste, ça permet de se faire applaudir deux fois, certes (en arrivant et en repartant), mais c'est surtout une grosse exigence à avoir, car on doit assurer seul, sans se reposer sur personne. Une certaine pression, qu'on appréhende parfois mieux au fil du temps, mais qui persiste. Pour l'heure, je ne ferais pas ça toute les semaines ! Quoique, je saurais peut-être chanter après ça ^^ Merci également à celles et ceux qui nous encouragent patiemment, répétition après répétition, concert après concert. Ca aide.

Ces deux concerts m'ont donné vraiment envie de perfectionner mon art du chant : être soliste, au contraire des choeurs, ça ne permet en aucun cas de laisser au voisin les notes aigues ^^ J'en ai justement planté quelques unes, notamment sur le trio d'hommes "Te Per Orbem", une des plus belles pièces de ce Te Deum. Des morceaux comme ça, ça donne envie de se dépasser, de chanter, chanter, chanter etc ... pour pouvoir les interpréter comme on l'entend, sans, sinon peu, de contraintes techniques. Surtout que mes deux compères, Olivier et Julien, ont une très bonne maîtrise du phrasé baroque. Ces concerts auraient pu tourner pour moi à la catastrophe, mais finalement, je ne me suis pas trop formalisé des couacs. J'ai encore le temps d'apprendre et c'était une chouette expérience de faire ces concerts, avec mon professeur de chant juste à coté, en soliste ténor. Je sens que j'ai besoin d'un guide vocal, surtout avant des grands évenements comme celui-ci, lors des répétitions, raccords et chauffes !

D'ailleurs, ce que je retiens du concert en ce qui me concerne, c'est que, notamment quand les solistes font des interventions ponctuant les choeurs, j'ai fais des choses pas mal. Même si c'est sûrement par pur hasard que j'ai trouvé la combinaison gagnante qui me permettait d'avoir le timbre, le coffre, le placement (et donc la justesse), ça me fait dire que c'est possible de retrouver cette sensation tout le temps ! C'est vrai que de chanter le premier morceau non purement instrumental du Te Deum, ça stresse énormément et ne permet pas de se maîtriser au mieux. Et à revoir quelques vidéos, je m'aperçois que j'ai vraiment acceléré à certaines interventions solistes alors qu'il fallait plutôt détendre ^^ Désolé et chapeau à Dominique et aux musiciens de m'avoir suivi.

Finalement, être à cinq solistes et avoir la chance d'avoir une sorte de loge, c'est quand même sympa. Ca m'aura éviter de trop me mettre la pression tout seul ! Je repense au petit concours de blagues du vendredi ^^ Au premier concert, la marche des timbales, qui devaient ouvrir l'oeuvre de façon solonnelle aura été l'occasion d'un gros fou rire des solistes avant l'entrée en scène :-p Cette marche devait avoir lieu après que les solistes puis le chef arrivent ! Et là, on était dans les coulisses, en plein fou rire (nerveux ?) en entendant le concert commencé sans chef :-p. Vendredi, une fois le premier solo passé, j'ai bien pris mon pied. Je connais bien cette église pour y avoir déjà chanter en solo, c'était un peu comme à la maison. Surtout qu'il y avait pas mal de personnes de l'EMAM et des invités (Merci Geneviève, Aude et Florent !). Et voir des têtes connues dans l'orchestre, ça a un côté rassurant. "Ca va, les copains sont là" ! Quand à samedi, le baptème du feu étant passé, j'étais plus relax. Avec et grâce à Laure, flûtiste de son état, on avait pu profiter de l'église de Taverny, lieu un peu magique, pendant deux heures la semaine dernière. Je crois que c'est important pour moi de connaître les lieux avant d'y chanter.

Affiche de Taverny. Pourquoi orchestre de chambre ? Ne me demandez pas !

Samedi, j'aurais bien voulu écouter le Debussy, mais l'ordre du programme ayant changé, la Petite Suite se retrouvait juste avant le Te Deum, moment crucial  où l'on fini de se préparer vocalement et mentalement. Dommage, cette suite est belle et bien interprétée!  Cette église sonne bien de la nef. Cela dit, sur la scène on s'entend très peu, y compris l'accompagnement pour les chanteurs ! (en pratique, l'accompagnement suit le chef, qui retransmet ce que font les chanteurs, en pratique, il y a des décalages, responsabilités partagées). D'ailleurs, samedi toujours, mon duo avec Renée, soprano I, a été quelque peu miné par l'accompagnement, en avance d'un temps. J'entendais bien que l'harmonie n'était pas heureuse, sans pour autant savoir précisement ce qui se passait. Heuresement que Renée a pigé le problème et a repris où était le continuo. Je l'ai entendue et ça nous a permis de finir ensemble avec la basse continue ! Je n'ai pas encore l'oreille aguerrie, mais c'est mon premier sauvetage en direct ^^ Puis après, un petit désaccord de tempo sur mon duo avec Cécile. Heureusement, le trio avec les deux sopranes et moi s'est plutôt bien déroulé !

Et finalement, les soirées se sont finies ailleurs, entre les pervers polymorphes et les chansons paillardes à 2h du mat, harmonisées sur le vif à trois ou quatre voix :-)

Et dimanche, c'était répétition avec l'ensemble vocal. Concerts en perspective :-). Chouette ensemble que celui-là, tant sur le plan musical qu'humain. Mais les répétitions sont peut-être trop espacées pour remplacer une pratique collective régulière.  Etant donné que je n'ai pas encore tout le bagage que je souhaite, je réfléchis à aller en plus au choeur du CRR de Cergy l'an prochain (d'abord, faut que j'ai le permis !). Ca me ferait encore une bonne expérience dans mon cursus, me permettra de progresser encore pour aller plus loin.

 Bon, le week-end commence ce lundi ! Ouf.

Commenter cet article

Roland 22/11/2008 22:22

Oui, on fait ce qu'on peut pour remplir les concerts trop court :-p

léaaa 22/11/2008 22:03

petit souvenir ce soir ^^